De Bocuse au carré Rouge : Le Grand écart de Johana

Accueil / Parcours / De Bocuse au carré Rouge : Le Grand écart de Johana

De Bocuse au carré Rouge : Le Grand écart de Johana

À 22 ans, Johanna Lacordelle a décidé de découvrir un nouvel univers. Passionnée de cuisine, elle travaillait à Lyon dans l'une des brasseries de Paul Bocuse. Mais il y a quelques mois, un contrat d'avenir lui a été proposé au Carré Rouge, une cafétéria de Villefontaine en Isère. Cet établissement accueille 10 jeunes travailleurs en situation de handicap. Cette jeune cuisinière ne regrette pas ce grand écart, elle qui souhaite devenir à terme éducateur technique spécialisée. Johanna, pourquoi avoir décidé il y a quelques mois de passer de la Brasserie Bocuse à la cafétéria du Carré Rouge? En fait, je voulais aider les personnes en situation de handicap. On m'a proposé un contrat d'avenir, et aujourd'hui, je veux devenir éducateur technique spécialisé. La cuisine a toujours été ma passion, mais cela me tenait à coeur de travailler avec des personnes en situation de handicap. Je voulais aller vers un autre public et faire découvrir mon métier. Dans mon premier restaurant, c'était très bien, j'ai passé mes diplômes, là-bas. À Lyon, c'était une grosse brigade mais j'ai appris pas mal de choses dans la brasserie Bocuse. Ici, je m'épanouis davantage. Je me sens plus utile, et j'apprécie que l'on me demande des conseils ou de l'aide. Quelles sont vos missions ici? Dans une journée type je suis censé apporter de la joie, être une aide pour ces personnes en situation de handicap. Je dois aussi avancer personnellement. J'apprends beaucoup de choses. Je fais la cuisine et je m'occupe de la salle. J'explique aussi comment faire le service, parler au client. il faut de la patience car on nous pose 3000 fois la même question par jour mais ça me plait beaucoup. C'est un domaine où vous souhaitez rester à long terme? Oui, dans cinq ans, je me vois dans une structure similaire, par exemple dans un lycée. Ce qui est sûr, c'est je n'ai pas envie de retourner dans le milieu ordinaire pour le moment. Vous disiez que vous vouliez aussi avancer personnellement. Vous apprenez beaucoup de choses au Carré Rouge? Complètement. Et je serai formé complètement quand je serai meilleure en ce qui concerne le service. Avant, j'étais toujours derrière les fournaux. Mon objectif est d'être en quelque sorte un couteau suisse et de pouvoir remplacer le chef quand il n'est pas là. J'essaie de le seconder, il a beaucoup de rendez-vous. Maintenant que vous êtes dans cet établissement depuis un moment, comment jugez-vous les rapports entre les clients et les usagers? Certains de nos clients savent que ce sont des personnes en situation de handicap qui les servent ou leur font à manger. Ils aiment venir ici car nous sommes souriants, avenants, et ils sont choqués car la charge de notre travail est importante. À midi, on a fait 200 couverts par exemple. C'est aussi pour cela que j'aime travailler ici. Chaque jour, je me fixe pour objectif que tout se passe parfaitement avec les clients de l'établissement.

[16/05/2017]