L'ESTHI, un ESAT qui tourne à plein régime

Accueil / Travail et handicap / ESAT / E.S.T.H.I / L'ESTHI, un ESAT qui tourne à plein régime

L'ESTHI, un ESAT qui tourne à plein régime

Crée en 1978 sur la commune de Saint Martin d'Hères, l'ESTHI (Etablissement Social de Travail et d'Hébergement Isérois) dispose aujourd'hui de 220 places d'accueil. Si vous traversez régulièrement la commune, vous n'avez pas pu passer à côté de ce bâtiment, tout neuf, et inauguré en octobre 2014. Le chantier de reconstruction et d'extension, qui a duré deux ans, permet d'accueillir les nouveaux Foyers, les services administratifs, et le service d'activité de jour de l'ESTHI. Si l'ESAT permet aujourd'hui à une vingtaine de travailleurs en situation de handicap d'évoluer dans des ateliers "hors murs" de grandes entreprises grenobloises, les autres sont sur deux sites de production à Saint Martin d'Hères. En effet, il y a notamment une activité d'impression, mais aussi de numérisation et de gestion électronique des documents, ou encore d'assemblage et de conditionnement, comme vous pourrez le voir prochainement en vidéo sur Opticat Digital. Le travail ne manque donc pas au sein de cet ESAT, comme le précise Jean-François Maren, cadre socio-éducatif à l'ESTHI. "La problématique du marché, c'est que les demandes fluctuent en fonction des besoins des entreprises, mais on est en lien avec beaucoup de clients. À des moments on a des creux, mais actuellement, on tourne à plein régime. On peut connaitre deux trois mois sans que le client ne nous sollicite. Là tous les ateliers sont occupés." Et la productivité est donc importante. "Quand on regarde, en l'espace de 4-5 ans, et notamment cette année, elle a réellement augmenté. Et c'est notamment le cas sur l'atelier OSIRIS où l'on doit faire 5490 pièces par jour." Pour Jean-François Maren, le travail en ESAT se rapproche de plus en plus de celui proposé en entreprise ordinaire. "Hormis le mailing, on a la machine de compostage qui est équivalente à celle de la Poste. On travaille aussi pour une industrie automobile, pour Schneider, ou encore pour des dentistes. Quand vous allez chez le dentiste pour vous faire dévitaliser une dent, vous ne savez pas que ce qui est utilisé vient en partie de chez nous. Ce que l'on fait demande de la précision. Et par rapport à ces impératifs de production, on est confronté aux mêmes exigences." Comme chaque année, des journées portes ouvertes ont eu lieu début octobre. Elle permet à de possibles futurs travailleurs, mais également à d'éventuels partenaires commerciaux de découvrir les activités proposées par l'établissement. Le nombre de personnes présentes durant ces JPO, du 9 au 13 octobre, confirme bien l'attrait croissant de cet ESAT.

[18/10/2017]