Delphine Girardon (ouvrière en ESAT): "J'ai appris à surmonter ma timidité"

Accueil / Parcours / Delphine Girardon (ouvrière en ESAT): "J'ai appris à surmonter ma timidité"

Delphine Girardon (ouvrière en ESAT): "J'ai appris à surmonter ma timidité"

La blanchisserie de l'ESAT Sainte Agnès est devenue une institution dans l'agglomération grenobloise. Les usagers sont nombreux à y travailler et à répondre aux commandes des hôtels et des clients proches du Fontanil-Cornillon. Parmi ces travailleurs, il y a Delphine Girardon. Cette jeune femme de 27 ans, originaire de Saint Jean de Moirans, connaît désormais parfaitement son travail. « Je suis à l'ESAT depuis que j'ai 20 ans. Cela me plaît, et autant dire que le travail ne manque pas. » Jeune, Delphine était très timide. C'est d'ailleurs l'une des raisons principales qui l'ont amenée à rejoindre un clis (classe pour l'inclusion scolaire), puis un IME, avant d'évoluer en milieu protégé. « À 19 ans, je n'allais pas vers les personnes, du coup, il a semblé préférable que je ne rejoigne pas le milieu ordinaire. » Aujourd'hui, cette iséroise a évolué. Si elle reste timide, elle va désormais parler aux autres usagers et n'hésite plus à discuter avec le moniteur d'atelier. Un petit pas pour certains mais un grand pas en avant pour Delphine qui souhaite découvrir un jour le milieu ordinaire. En attendant, et comme beaucoup d'usagers, elle reste vague quand on lui demande où elle travaille. « Je n'ai pas trop envie que les autres sachent où je suis. J'ai peur que les gens me jugent. Je leur dis simplement que je travaille dans une blanchisserie. » Si l'image des ESAT évolue année après année, les clichés restent tenaces en 2017.


[15/07/2017]