Bernard Manon (ouvrier en ESAT): "En ESAT, je me suis canalisé"

Accueil / Parcours / Bernard Manon (ouvrier en ESAT): "En ESAT, je me suis canalisé"

Bernard Manon (ouvrier en ESAT): "En ESAT, je me suis canalisé"

Déménagement, peinture, maçonnerie… Bernard Manon est aujourd'hui multitâche. À 25 ans, ce jeune nord-isérois originaire de Charantonnay est usager à l'ESAT ISATIS APAJH38 de Villefontaine. Après avoir été en clis (classe pour l'inclusion scolaire), puis en IME et en Établissements et Services d'Aide par le Travail, il espère désormais rejoindre le milieu ordinaire à moyen terme. Opticat Digital est allé à sa rencontre alors qu'il participe au module parcours d'insertion proposé par OPTICAT FormEsat. Pour commencer Bernard, pouvez-vous résumer votre parcours? J'ai été dans trois clis différentes, dont celui de Saint Jean de Bournay. Puis j'ai été en IME à Meyrieu les Etangs. C'est un centre pour les personnes en difficulté, et souvent pour des raisons comportementales. J'y ai été longtemps, jusqu'à mes 20 ans. Puis je suis allé à l'ESAT Isatis à Villefontaine, où je suis toujours à l'heure actuelle. Quelles sont vos missions dans cet ESAT? Je suis en espace verts à Saint Jean de Bournay car il y a une antenne de l'ESAT dans cette ville. On fait un peu de tout. Avant j'étais à Villefontaine mais il m'a été proposé par la suite de travailler en extérieur. J'ai tout de suite dit oui car le travail est plus varié, on fait de la maçonnerie, du déménagement, de la peinture, de l'espace verts évidemment. Nous travaillons aussi sur des chemins pédestres du côté de Crémieu. Quelles raisons vous ont amené à travailler en ESAT? Très tôt, j'avais des problèmes de comportement. J'étais un rebelle et je ne me laissais pas faire (rires). J'avais aussi des problèmes de lecture mais cela s'est arrangé. Concernant mon comportement, je me battais souvent et c'est ce qui explique en grande partie mon passage en clis, en IME, puis en milieu protégé. Aujourd'hui, comment vous sentez-vous en ESAT? Cela se passe plutôt bien. Souvent mes proches ne connaissent pas le monde des ESAT et ils jugent. Ils disent que ce n'est pas un endroit pour moi. Mais après, il y a des domaines dans lesquels je dois travailler et je dois dire que mon passage en ESAT sera de toute manière très positif. Après, je sais que je ne resterai plus très longtemps à Isatis car j'ai un bon niveau. Du coup, on essaie de me trouver du travail en milieu ordinaire. Vous pensez avoir évolué en milieu protégé? Oui c'est sûr. Je pète moins de câbles, je ne rouspète plus quand mes chefs me demandent des choses. De plus, je retiens d'un coup ce qui m'est demandé. Pendant un an, j'ai fait une mise à disposition à Décathlon, à Saint Quentin Fallavier et j'ai ainsi acquis de nouvelles compétences, et notamment en terme de préparation de commandes. Pour ce qui est de mon comportement, toutes ces expériences font qu'aujourd'hui, je m'entends mieux avec mes collèges, mes chefs. J'ai appris à me canaliser et je leur parle mieux. Dans peu de temps, j'aurai un stage. En fonction de la façon dont il se déroule, je verrai ce que je fais par la suite.


[16/07/2017]